cannabis

En semant une graine, une plante se développe. La Nature est simple. Ce qui n’empêche pas le jardinier de vouloir arranger la sauce et y mettre son grain de sel. Pourquoi donc? Pfou, des tas de raisons : curiosité, challenge, passion horticole, contrainte d’espace, maximiser les rendements…

Le concept du Scrog est une technique utilisée depuis des lustres en floriculture et maraîchage, c’est un palissage horizontal. Bon, forcement, tant qu’on a pas essayé on peut penser cette méthode difficile et compliquée. Sans parler du stress de tout rater et de voir sa récolte un tantinet décevante. N’empêche qu’une fois réussi, nombreux sont ceux qui l’adoptent et n’en démordent plus.

Voici donc, quelques questions que l’on se pose couramment en découvrant cette façon de cultiver. Et parce-qu’on est gentil, on donne aussi les réponses.

1. Qu’est-ce que le Scrog - Screen of Green - Écran de vert ?
2. Pourquoi le Scrog est-il une technique populaire ?
3. Quel matériel faut-il pour un Scrog ?
4. Quelles sont les meilleures variétés pour un Scrog ? 
5. Un Scrog signifie-t-il plus de travail ? 
6. À quelle hauteur de plante peut-on démarrer un Scrog ?
7. Qu’est-ce que le topping et le pruning, pourquoi est-ce nécessaire pour un Scrog ?
8. Comment gérer une plante en culture Scrog ?
9. Plier et tordre les branches endommage-t-il la plante ?
10. Peut-on faire un Scrog en Outdoor ? 

 

1. Qu’est-ce que le SCROG ?

Scrog = acronyme pour Screen of Green, traduction : écran de vert. Ça donne l’image, sauf qu’il faut voir l’écran à plat, horizontal. Il s’agit donc d’une technique de contrainte, ou de guide, employée pour diriger les plantes lors de leur croissance. Pratiquement, cela se présente comme un filet tendu au-dessus des plants. Les branches et tiges sont tissées à travers le maillage à mesure qu’elles poussent, favorisant ainsi un développement horizontal et non plus vertical. La plante s’étale plutôt qu’elle ne grimpe formant ainsi une canopée sur le filet. Les départs de bourgeons sont davantage exposés à la lumière ce qui donne une couche de fleurs homogènes en taille et densité. 

 

2. Pourquoi le Scrog est favorable à la culture du Cannabis ?

Les trois avantages principaux de cette méthode se logent dans l’exploitation, au mieux possible, des conditions de cultures. La maximisation de l’espace, surtout indoor, est une raison évidente. Peu de plantes, voire une seule, pour une même surface cultivée mais pleinement utilisée. Moins de graines semées, un rendement augmenté, ça sent les économies. Ensuite vient le gain de l’exposition à la lumière : les branches latérales, et leurs bourgeons, reçoivent davantage de lumière. Les fleurs sont toutes comparables en poids et forme, fini les petits buds de l’ombre. Et enfin, une meilleure circulation de l’air se fait entre les branches, puisqu’écartées, ce qui minimise les risques de moisissure et assure un meilleur équilibre climatique. 

 

3. Quel équipement pour un Scrog de compète ?

Là, faut pas grand chose, c’est plutôt la mise en place qui est parfois casse-tête. La pièce essentielle, on s’en doute, c’est le filet de support. Il est préférable d’en choisir un horticole avec un maillage adéquat (10x10cm, en général), c’est pas très cher et non dommageable pour les branches lorsqu’elles vont peser. Quelques tie-wraps, des ciseaux, de la ficelle et c’est tout bon. Pour la pose, il y a l’armature de la tente ou le système D : tasseaux, crochets… youTube. Une plante dans un gros pot peut facilement remplir l’espace et maximiser le rendement/plant. Memento : gros pot = gros réseau racinaire = gros bourgeons. Et la petite ficelle c’est pour maintenir les branches en progression.

 

4. Quelles sont les meilleures variétés pour un Scrog ?

Cette technique peut se pratiquer avec la plupart des variétés. Elle est particulièrement utile pour la culture des Sativa dont le grand stretch vers la lumière occasionne souvent des soucis dans les espaces limités. Chez Paradise, il y a quelques favorites montrant de beaux écrans bien verts : L.A. Amnesia et Atomical Haze pour les Sativas, Ice Cream et Durga Mata en Indica, Opium et Nebula pour les Hybrides. Les variétés AutoFlo, en raison de leur court cycle de vie, ne sont pas une option conseillée.

 

5. Plus de travail avec un Scrog ? 

Et bien, forcement, puisqu’il y a mise en place d’une technique horticole. La gestion doit suivre sinon c’est inutile. En même temps, ça requière pas énormément de temps ou de connaissance. Le but du Scrog est de répartir uniformément les fleurs et pour cela, la plante doit être guidée régulièrement jusqu’à la fin de son stretch. Il faut tisser les tiges et les branches afin d’assurer une canopée harmonieuse et maintenir la même épaisseur de feuillage sur toute la surface. Un petit effort qui trouve sa récompense quand la récolte arrive.

 

6. Quelle hauteur doivent avoir les plants pour démarrer un Scrog ?

Cela dépend majoritairement de l’installation et de la variété. La fourchette commune est lorsque les plantes se situent entre 25-45cm. 

 

7. Que sont le topping et le pruning et en quoi sont-ils nécessaires pour un Scrog?

Lorsqu’on met en place un Scrog, il est nécessaire d’améliorer la croissance horizontale des plantes pour les amener dans les bonnes directions. À cette fin, deux étapes préalables sont requises : le topping et le pruning. La première c’est l’étêtage, cela revient à couper (ou pincer) le bout des tiges généralement après le cinquième nœuds (départ de branches). De cette façon la plante est encouragée à multiplier et développer ses branches latérales, l’étalement sur le filet devient plus facile. La seconde action est l’effeuillage-taillage : tout ce qui ne reçoit pas la lumière peut être enlevé, notamment ce qui se trouve sous le filet (feuilles & petites branches). Ainsi la plante ne gaspille pas son énergie en vain.

 

8. Comment gérer une plante en Scrog?

Lorsque le filet est en place, il faut attendre que les branches dépassent de 2-3cm pour commencer à les diriger. Le but étant de remplir le filet uniformément, mieux vaut prendre le temps de réfléchir aux sens à donner aux tiges. Il s’agit de tisser à travers les mailles sans se retrouver avec toutes les branches du même côté et donc de disperser en anticipant la pousse. L’utilisation de cordelette de jardinier est fort utile pour maintenir les tiges en place au commencement. Par la suite, lorsque le procédé est bien avancé, la plante suit le mouvement et la méthode devient rapidement intuitive. Le carré doit-être le plus homogène et le plus remplit possible. Comme un bel écran de verdure.    

 

9. Est-ce que plier et tordre les branches endommage la plante en Scrog ?

Non, à moins d’être un bourrin entêté qui n’aime pas ses plantes. En phase de croissance, la souplesse et la vigueur des plants permettent beaucoup de manipulations horticoles comme ce palissage sans occasionner de dommages. Seuls des gestes souples et un œil vigilant sont nécessaires pour amener les branches à leur place. Et un peu de patience aussi. Le procédé peut paraître désordonné et pas très naturel au début mais avec le temps, tout se met en place. Il est bon de suivre le rythme des plantes pour le maillage, parfois laisser quelques jours entre deux contraintes est préférable. Une fois la floraison établie, on touche plus.   

 

10. Peut-on faire un Scrog en extérieur ?

Of course, my dear jardinier ! En fait, il y a même de grands avantages à installer un Scrog en plein air. D’abord parce-que cette technique permet une meilleure réception du soleil et une circulation de l’air plus fluide, les branches étant plus écartées qu’en pousse naturelle. Ce qui de fait, minimise également les risques de moisissure d’Automne et facilite l’écoulement de la pluie. Autre point : une culture étalée, signifie des plants moins hauts et par conséquent plus discrets.

La différence évidente, mais loin d’être très problématique, est que contrairement aux quatre murs d’un espace clos ou d’une tente de culture, les points de fixation du filet doivent être construits. Gros tuteurs, bambous, tasseaux, pieds de parasol… le système D est simple mais doit surtout être solidement fixé au sol (rafale de vent, poids des branches…).

Il est également judicieux de prendre en considération deux facteurs importants lorsque les cultures sont extérieures. Un : la végétation environnante peut créer de l’ombre et empêcher l’accès au Soleil pour les plantes en Scrog. Deux : la position changeante du Soleil au fur et à mesure que les mois passent. La récolte se faisant généralement de mi-Septembre à mi-Novembre, l’inclinaison du Soleil n’est pas la même qu’en Mai ou Juin. Elle est plus basse, d’où l’intérêt non négligeable de placer le filet à hauteur de 50-60cm. À la différence des plants en pots, lorsqu’un Scrog est installé, c’est pas facile à déplacer….