image

Après avoir investi temps et argent dans le choix de jolies graines et d’un bon équipement pour optimiser la grow-room, il ne reste plus qu’à semer. Une habitude commune est de prendre en magasin un sac de terreau déjà préparé, c’est pratique. Mais n’y aurait-il pas certains avantages à faire son propre best-mix pour cultiver ses plantes? 

Sur le marché existent de nombreux substrats tout-prêts, avec leur liste de spécifications et de qualités bénéfiques pour des plantes en bonne santé. Mais vous êtes-vous déjà arrêté sur les ingrédients et leur provenance? Par exemple, l’impact environnemental néfaste de l’extraction de tourbes ou la présence de pathogènes/pesticides dans des terreaux commerciaux… Sachant par ailleurs, que les ‘ingrédients spéciaux’ énoncés sur les sacs sont souvent accessibles et les recettes facilement réalisables à la maison.

Faire Son Substrat et Diminuez les Frais

Le fait d’acheter un produit prêt-à-l’emploi est bien pratique. Mais les frais peuvent facilement grimper en fonction du nombre de graines à planter. Les bénéfices de coût à le faire soi-même deviennent alors intéressants. Surtout si l’accès à une terre riche et à divers amendements est quasi-gratuit et presque sans effort. Les tas de fumiers fumants, les composts ménagers, les végétaux en décomposition… ça sent les balades en campagne et les échanges entre amis de la Nature.

Ok, en grande ville, c’est un peu plus compliqué d’accéder à ces richesses naturelles, mais il existe les centres équestres, les déchets verts des jardins privés et publics, les mini-composteurs… La base peut être une simple terre végétale de jardinerie (neutre, propre, sans tourbe, 100% organique) et être agrémentée d’autres composants essentiels, plus facilement accessibles, pour en augmenter les performances.

Des Bénéfices à Créer son Mix 

À chacune son rythme et son régime. Le meilleur mélange de substrat pour des plantes vigoureuses impose les conditions optimum de pousse : apport de nutriments sains et composition équilibrée pour un drainage et une aération efficaces pour favoriser le développement racinaire. Le gros avantage est la possibilité d’adapter spécifiquement son mix à son environnement de culture.

À partir de petites graines de Cannabis de grands arbres s’épanouissent! Cette énergie vitale a besoin d’une structure de base pour s'enraciner : terre végétale, sable, fibres. La fibre de coco - absorbante, oxygénée, drainante, neutre, réutilisable, discrète en brique - est une bonne option. Fumier et/ou compost (de cuisine pour les urbains et bien décomposé pour tous) s’ajoutent au substrat afin de l'enrichir. Le feuillage décomposé et le lombricompost - fumier de vers - dynamisent l’humus et les bonnes bactéries du sol. 

L’ Aération du Sol est Essentielle

Un sol bien aéré est indispensable pour la robustesse des plantes. Les fragiles racines - bouches nourricières - peuvent s’y ancrent sans forcer et trouver plus facilement leur chemin pour prospérer dans le pot (ou la pleine terre). La fibre de coco mélangée à un drainant (billes d’argile, perlite) aide à cela. 

Manque d’oxygène et substrat détrempé = petites racines et plante fébrile. L’art d’un bon mix réside dans l’équilibre entre tenue de la structure (soutenir la plante, stocker les nutriments, l’humidité) et aération optimum. Sachant que le climat vient parfois ajouter son grain de sable à l’affaire…

Calibrer un Meilleur Drainage

Un mélange adéquat doit posséder assez de cohésion pour maintenir le poids d’une plante généreuse, sans être trop compact sinon surviennent des problèmes de drainage (le substrat se charge trop en eau, devient lourd, s’écrase sur lui-même et compressent les racines). D’où l’intérêt d’additionner fibre de coco, perlite, vermiculite, sable… pour que l’eau circule.

Mettre les Nutriments à Sa Sauce

Ce qui transforme un substrat équilibré basique en un repas de gourmet pour les plantes gourmandes, c’est l’ajout de quelques friandises nutritives… C’est-à-dire des algues (kelp) sous forme brute ou d’extrait, du guano, du marc de café… qui fournissent minéraux et autres délicatesses à libération lente mais efficiente. 

Vérifiez le Ph

En préparant le substrat, il est fort utile de vérifier les niveaux de Ph. Ils peuvent se corriger soit en jouant sur les quantités apportées de compost, fumier, engrais verts, soit en utilisant des correcteurs naturels tels que chaux, cendres de bois… ou alors une bouteille de Ph-, ça marche bien aussi. 

Recette de Base pour un Bon Substrat

Les formules pour faire un mélange équilibré ne manquent pas. Cela dépend beaucoup des conditions de culture. Une règle générale, parmi d’autres, propose ces ratios :

2 parts de terre végétale
1 part de sable
1 part de fumier/compost dégradé
1 part de fibre de coco
1 part de perlite
10% d’algues brutes
3-5% de marc de café
3-5% de guano

Une dernière petite chose mais pas des moindres : il est impératif de préparer le mélange plusieurs semaines avant de planter. Les éléments vont inter-agir, chauffant le milieu, ce qui est dommageable pour les racines. Trop fort. Ha, patience, patience, Mère de toutes les vertus….