Durant l’année passée, il y a eu des changements significatifs, dans le débat international sur le Cannabis. En Décembre, l’impensable est devenu une réalité, quand les sénateurs uruguayens réunis au sénat ont voté la légalisation de la culture, de la vente et de la consommation de cannabis.

Nous, à Paradise Seeds avons célébré cette décision historique, et avons derechef, ajouté le Président Uruguayen, José Mujica, à notre panthéon des célébrités cannabiques!

Cette décision historique, associée aux changements se déroulant aux USA (Même le Président Américain, avait déclaré dans une interview donnée au New Yorker, un peu plus tôt cette année, “que le Cannabis n’étais pas plus dangereux que l’alcool” avait ramené les feux des medias sur la situation en Europe.

Et Paradise Seeds, comme des millions de consommateurs de Cannabis de se demander :” Mais que se passe t’il en Europe?!...

Une seule Europe. Beaucoup de lois différentes sur le cannabis

En 1997, le traité d’Amsterdam amena l’Union Européenne à un nouveau niveau de coopération. Au Cœur du traité, qui met l'accent sur la démocratie, l’incarnation des principes de la citoyenneté et des droits individuels. Il était considéré comme le modèle, la voie à suivre pour une communauté européenne qui comprend désormais 28 pays, 24 langues officielles et plus de 507 800 000 citoyens.

Comme nous le savons, les lois de cannabis au sein de l'Union européenne sont dans une zone grise. La politique de l'UE est généralement définie à travers les directives de la Convention des Nations unies sur les stupéfiants (la présente Convention a accepté ces directives en 1961 - il y a plus de cinquante ans) mais, dans la pratique, les différents États appliquent leurs propres directives légales.

Le résultat de ceci est que, ce qui est OK dans un pays n'est pas OK dans un autre, ce qui résulte d’une grande confusion. Ce qui, de plus, 26 des 28 pays membres sont membres de l'espace Schengen, qui permet la libre circulation des citoyens européens entre les pays. Cela donne à penser que les droits des citoyens (comme ceux des détenteurs de cartes de cannabis médical) doivent être respectées dans la zone, mais souvent ne sont pas.

L'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies ((OEDT)) a indiqué que, "Le statut juridique du cannabis pour usage personnel est l'une des questions politiques les plus controversés dans l'Union Européenne." Dans un rapport de 2012, il a affirmé que l'absence d'harmonisation des pays "Les politiques de l'UE est une «carte judiciaire" hétérogène - alors que certains pays sont tolérants envers la consommation de cannabis, d'autres pays vont vous enfermer pour elle.

République Tchèque - Sables Mouvants

À l'heure actuelle, les lois européennes de cannabis sont comme des sables mouvants dans le désert ... Concentrons-nous sur l'exemple de la République tchèque. Pendant de nombreuses années elle a eu une réputation de tolérance, sa capitale Prague fréquemment dénommée Amsterdam de l’Est. Et Paradise Seeds a eu une longue association avec l'expo Cannafest, qui attire des visiteurs de toute l’Europe.

En 2010, la loi tchèque dépénalise la culture de cannabis jusqu’à cinq plantes et la possession de moins de 15 grammes de fleurs séchées, tandis que le cannabis médical a été légalisé au printemps 2013. Toutefois, la situation juridique a semblé changer du jour au lendemain. La loi de dépénalisation a été renversée à l'automne 2013 et la police a lancé des raids sur plus de 50 magasins d’hydroculture en Novembre, faisant confiscations et arrestations.

Lors de la récente Million Marijuana March à Prague, et d’après iDNES une agence de médias tchèque, un jeune homme de 19 ans a été arrêté pour vente de semences et diffusion d'informations et d’images montrant des plantes de cannabis, lors de l’événement. Il risque, maintenant, jusqu’à trois ans de prison.

L'exemple tchèque est inquiétant car pendant de nombreuses années le pays a été considéré comme un leader dans le mouvement des réformes. Il montre également que l'incohérence de la politique est souvent motive par des calculs électoraux. . La même chose s'est produite au Royaume-Uni, qui a déclassé cannabis en 2004 (la simple possession devient un délit et n’entraine plus d’arrestation) pour le reclasser en 2009 - contre l'avis de ses propres conseillers.

À la lumière des événements dans les Amériques du Nord et du Sud, il est certainement temps pour l'Union européenne de réexaminer la question du cannabis et d'envisager des réformes qui supprimeraient la confusion, économiseraient plusieurs millions d'euros en orientant le travail de la police vers d’autres priorités et de dépénaliser l’usage pour une partie importante de la population de ses Etats membres.

Initiative citoyenne européenne pour le changement de la loi sur le cannabis

Dans le même temps, un groupe de citoyens vise à forcer l'UE à réévaluer sa politique. Weed Like to Talk littéralement: nous aimerions parler d’herbe- a lancé une initiative citoyenne européenne (ICE) en Février 2014. Une pétition en ligne, son objectif est un million de signatures, de sept ou plusieurs Etats de l’UE, dans les 12 mois.

S'ils réussissent, conformément à l'article 11, paragraphe 4, du traité sur l'Union européenne (TUE) ... par la Commission européenne devra reconnaître une proposition législative pour un changement de politique de l’UE. Si cela arrive, les responsables politiques européens seront forcés à une prise de conscience.