Phenotypes

Les Différents Phénotypes du Cannabis

Si vous connaissez Paradise Seeds alors vous savez déjà que nous aimons communiquer ouvertement sur la qualité de nos génétiques. La bonne raison en est un large programme de R&D qui permet d’effectuer l’essentiel de nos travaux de sélections en interne, un savoir-faire maison. Les résultats donnent de nouveaux cultivars assurés d’une stabilité et d’une uniformité fiables. Malgré tout, le fait est que même la souche la plus stable peut afficher différents phénotypes de Cannabis. Cet article revient sur ce terme.

Une souche distincte parmi d’autres est appelée génotype. Si nous remontons l'histoire du Cannabis, nous pouvons retracer les lignées génétiques des nombreuses variétés disponibles aujourd'hui jusqu'à une poignée de souches landraces présentant des traits génétiques très typiques. Par exemple, la nature extrêmement résineuse d'une souche Paradise telle que Dutch Kush est marquée dans son code génétique, son ADN; sous la référence d'une plante Indica Afghane classique, son génotype; elle pousse sur les pentes des montagnes de la région de l'Hindu Kush depuis plusieurs milliers d’années, son landrace; et elle est connue pour une production élevée de résine, sa caractéristique.

Qu'est-ce qu'un Phénotype?

Bien que les génotypes et les phénotypes soient souvent confondus, il existe des différences importantes, non spécifiques au Cannabis. Le génotype concerne la composition interne, disons l’inné, d’un organisme vivant (qu'il s'agisse d'une plante, d'un animal ou d'une personne), le phénotype est le résultat de la réaction du génotype avec son environnement, disons l’acquis.

D'un point de vue scientifique, les variations de phénotypes sont les conséquences des lois basiques des mutations génétiques héréditaires, c’est-à-dire une interaction entre génotype et phénotype au fil des générations. C’est une condition préalable aux échanges et à la sélection naturelle. Sans variation phénotypique, il n'y a pas de processus d’évolution.

Plus simplement, il suffit de nous regarder ! Nous partageons tous le même génotype qui nous distingue des autres espèces : être humain. En même temps, nous avons tous des apparences qui nous sont propres et qui correspondent à des phénotypes différents. Au fil des générations, notre corps, notre organisme se sont naturellement adaptés à l'environnement qui nous entoure. Cela se reflète clairement dans nos couleurs de cheveux, yeux, peaux, nos morphologies et la disposition à certaines sensibilités physiologiques.

Alors que les générations humaines mettent des années à vivre ce processus, les générations de plantes se succèdent beaucoup plus vite. Depuis des siècles, les botanistes peaufinent le procédé de sélection et participent ainsi à l’évolution avec les hybrides et les cultivars. Un exemple célèbre de manipulation phénotypique se trouve même chez votre primeur : la carotte.

Il y a longtemps, ce légume était violet, jaune ou blanc. Toutefois, bien avant leur expertise en culture de Cannabis, les Néerlandais avaient un talent réputé pour cultiver les carottes. Dans les années 1700, l'histoire raconte que les cultivateurs de carottes Néerlandais ont sélectionné des carottes oranges en l'honneur de Guillaume d’Orange, fondateur de la République Néerlandaise. Ces agriculteurs ont obtenus ce résultat en sélectionnant des phénotypes de plants de carotte ayant des niveaux élevés de bêta-carotène, ce qui a donné au légume sa coloration orange.

Différents Phénotypes du Cannabis

Beaucoup de variétés de Cannabis appréciées aujourd’hui sont le résultat de la liste de souhait du sélectionneur. En choisissant les caractéristiques qu'il aimerait combiner pour créer un nouvel hybride de Cannabis, il peut agir sur un goût, un parfum plus fort, sur les teneurs en éléments actifs, sur les niveaux de rendements et sur l’aspect. Ainsi, cela démarre par une plante mère sélectionnée pour les qualités recherchées, puis des clones en sont tirés. À partir de ceux-là, des centaines de plants sont produits au cours de générations successives. De chaque génération, seule une poignée d’échantillons, parfois seulement 1 ou 2 plants, présentent les phénotypes des qualités souhaitées et sont sélectionnés pour le prochain tour. Cette technique est répétée jusqu'à ce que la sélection produise le phénotype idéal.

Revenons à l'exemple de la Dutch Kush. C'est une variété reconnue pour avoir un comportement phénotypique du Cannabis radicalement opposé et donc facilement observable : certains semis produisent des plantes Indica typiques, courtes et touffues avec des feuilles colorées; tandis que d'autres produisent des plantes hautes avec des feuilles de pure émeraude. C’est une conséquence du panel de mélanges génétiques causée par le croisement de la mère Kush avec un hybride combinant les gènes Indica et Sativa 50/50.

Les autres variétés de Paradise Seeds connues pour produire différents phénotypes sont l’Ice Cream, trois phénos identifiés; la Vertigo, dont les saveurs uniques diffèrent; et l’Auto Kong 4, concentré sur les deux phénotypes Sativa et Indica (les mêmes graines Auto Kong 4 peuvent donner une saveur âcre, prévalence Indica; ou herbacée, prévalence Sativa).

 


Quels facteurs influencent les performances phénotypiques d'une variété particulière dans une culture? Ce sont les éléments environnementaux tels que le lieu de culture, intérieur/extérieur, l’emplacement, l’espace disponible, le climat, la température, l’hygrométrie, le programme de nutriments, etc…, qui peuvent déclencher une réaction différente du code génétique. Ces facteurs conditionnent également la croissance des plantes et amènent une vérité : il n'y a jamais deux plantes identiques. Une grande leçon à tirer de la nature est que si la génétique d’une souche forme un guide de base, les caractéristiques peuvent changer et changent fréquemment. Chaque plante a sa propre vie!