Shopping Cart
Fast & Discreet shipping

Rapide et discret

| Finest Quality

La meilleure qualité

| Excellent service

Service excellent

Qu’est-ce que le LST ? Pourquoi? Comment?

Le LST est une technique de palissage à faible stress pour les végétaux cultivés. En dehors des avantages d’exploitation et de récolte, cela montre également à quel point les plantes sont malléables et flexibles. Avec cette méthode, la tendance à les considérer comme délicates et fragiles s’efface devant leur résistance et leur souplesse d’adaptation.

Pour celles et ceux qui découvre le LST, le meilleur antidote au trac des premières fois reste de faire confiance au procédé. Le risque le plus gênant est d’endommager une branche lors de sa manipulation, ce qui est rare, et même dans ce cas des solutions existent.
Mr Beanzz, fidèle ami de Paradise, a préparé un guide sur le LST pour répondre aux premières interrogations. 

Qu’est-ce que le LST ?

Depuis des siècles, le palissage à faible stress est une technique horticole largement employée en agriculture afin d’exploiter au maximum la plante, l’espace et les ressources, notamment la luminosité. Les cultures en ‘espalier’ des vignes et des arbres fruitiers en sont un bon exemple. Le but est d’encourager la plante à pousser dans une direction choisie et donc de ne pas la laisser se diriger tout droit vers la lumière. Cela s’obtient en forçant, gentiment, les branches à pousser horizontalement dans différentes directions pour créer une canopée uniforme et ainsi multiplier les sites de bourgeonnement.

Pourquoi faire un LST sur un plant de Cannabis ?

Pour combiner plusieurs avantages. L’étalement des branches permet d’augmenter les récoltes en créant une forme plus étendue, plus homogène, moins profonde et donc d’obtenir une surface de culture plus ouverte, mieux exposée à la lumière et mieux aérée. Le résultat est un ensoleillement optimal pour tous les bourgeons et une circulation de l’air fluide. C’est-à-dire plus de belles fleurs bien denses et moins d’humidité parasite. La hauteur des plants se trouve, en conséquence, maintenue modeste. Le traditionnel sapin de Noël au gros cola central risquant la moisissure et ses fleurs annexes restant petites par manque de luminosité se transforme en belle étoile scintillante de partout, ou en araignée poilue selon les phases de culture. Et tout cela sans blesser la plante ni générer les gros stress qui amoindrissent son développement et sa vigueur. 

Quel matériel est nécessaire pour le LST ?

Celui que tout bon jardinier a déjà dans son panier à outil. Rien de high-tech, tout traditionnel : de la corde lisse ou du fil gainé, pas trop fins pour ne pas blesser la plante et maintenir les branches et les tiges basses dans la position forcée pour que la pousse se fasse dans la direction choisie. Des crochets esse pour ancrer les attaches aux pots (par ex. des épingles à nourrices pour les pots textile et smart-pot ou des piquets de tente pour la pleine terre), une petite perceuse pour faire les trous sur les pots (ou système-D : tournevis, vis et huile de coude), des tuteurs fins pour les cultures en pots (à planter verticalement de biais ou horizontalement par les trous des pots pour augmenter la surface d’ancrage des attaches au fur à mesure que les branches poussent). Des poids variables selon le stade de développement des branches peuvent également remplacer les attaches fixes (ex. des bouchons de lièges plus ou moins lestés). Et l’outil principal, l’essentiel dans toute culture: la patience du cultivateur. Les réajustements sont inévitables et dépendants de la pousse de la plante, donc il faut suivre le rythme pour obtenir une jolie canopée homogène, sans une branche plus haute que l’autre ici et là.

Le LST est-il possible avec toutes les variétés de Cannabis ?

Oui, toutes les variétés peuvent bénéficier d’un LST. Si la technique est démarrée en phase végétative (période de croissance), la plante n’est pas stressée outre mesure. En période de pré-floraison l’attention doit être plus délicate et les tensions plus douces. En floraison, il est préférable d’éviter toute manipulation et laisser la plante se concentrer sur la production de fleurs. La méthode peut s’appliquer aux variétés Féminisées comme aux AutoFlo.

Quand démarrer le LST ?

Le plus tôt possible. Généralement après trois semaines de croissance quand la plante possède entre 3-6 noeuds (intersection tige/branche) et au moins une paire de feuille. Lorsque la tige et les branches sont jeunes et souples, leurs courbures sont faciles et sans danger de cassure, si les gestes sont doux.

Comment faire un LST ?

Petit à petit! Cela démarre très simplement en courbant gentiment la tige dans une direction en lui attachant une ficelle ou un lien horticole souple et en reliant ce lien au pot (ou à un petit tuteur) pour la maintenir en place et l’ancrer. Le but est d’orienter la tige latéralement vers le bas, en parallèle du sol. Il faut être délicat et attentif à ce stade de croissance, un peu comme tendre un arc avec souplesse. Après quelques jours (parfois seulement 2 ou 3), il est facile de voir combien la tige a poussé et de rajouter une deuxième ancre pour étendre cette croissance horizontalement. L’idée est d’éliminer la dominance apicale et de favoriser les sites de départ des bourgeons.

Doit-on obtenir une forme particulière ?

La beauté du LST est de pouvoir encourager la plante à aller dans toutes les directions ! Un bon conseil est de toutefois laisser la tige pousser jusqu’à ce qu’elle atteigne le bord du pot et alors de la courber pour qu’elle suive ce bord, comme pour créer une spirale en commençant par son centre. Au fur et à mesure que la plante pousse, la spirale continue. En même temps, le LST est un cadeau pour les ambitions artistiques de chaque cultivateur. Une fois accoutumé au processus, il est possible de s’amuser et d’être créatif en réalisant de véritables sculptures végétales. À partager avec Paradise sur Insta ou FB @paradiseseedsofficial, of course!

Que faire si une branche casse ?

C’est une possibilité qui apprend une leçon à ne pas oublier. Travailler avec la nature requière une observation régulière et une attention délicate dans les manipulations. Si une branche se casse sans se détacher, il est possible de la ‘recoller’ minutieusement avec du scotch, de lui faire un pansement pour la maintenir en place le temps qu’elle cicatrise et recrée ses tissus. Cela prend plusieurs jours puis la croissance continue. Attention aux infections durant cette période.

Un LST est-il possible en floraison ?

Normalement, les plantes ne poussent plus en période de floraison, donc le LST est de fait inutile. Toutefois au stade de la pré-floraison et au moment du stretch, le LST peut se poursuivre car il n’entraine pas de stress important (à la différence du topping ou du pruning). Ou se démarrer pour les retardataires souhaitant aérer leur plantes et augmenter la pénétration lumineuse. Mais attention, les branches étant devenues robustes et donc beaucoup moins souples et flexibles, le risque de les casser augmente fortement.

Le LST peut-il se faire indoor et outdoor ?

Oui, c’est une technique adaptée à tous les environnements. Issue de l’agriculture, elle s’est bien vite popularisée auprès des cultivateurs indoor souhaitant maximiser les rendements en petits espaces. En extérieur aussi, elle a l’avantage d’offrir une meilleure gestion de la plante en terme d’exposition des bourgeons au soleil, de circulation de l’air (diminuant ainsi les risques de moisissure) et de contrôle de la hauteur. 

5 variétés Paradise appréciant avantageusement le LST :

Sensi Star : Cette super Indica particulièrement buissonneuse tire profit du LST pour s’ouvrir et multiplier les départs de bourgeons tout en assurant une bonne circulation de l’air.

Nebula : Une lauréate hybride à dominance Sativa dont les fleurs de taille moyenne, dures et compactes, apprécient l’apport supplémentaire de lumière amené par le LST.

Durga Mata : Une variété Old School, au plus proche des landraces Himalayennes encore trouvables. Bon choix pour l’extérieur où le LST permet d’ouvrir les bras de ce généreux buisson.

Auto Jack : La version AutoFlo de la vénérée Sativa de Paradise : Jacky White. Sa réponse au LST est un focus sur l’extension de ses branches à la horizontale.

Pandora : Une AutoFlo à forte croissance, originale de Paradise. Le LST permet d’étendre le développement de cette plante robuste et buissonneuse, exposant davantage ses fleurs à la lumière.

Si vous avez des questions, des commentaires n’hésitez pas à les poster

Laisser un commentaire

Related post