Google-reviews
Shipping Fast & Discreet shipping | Quality Finest Quality | Service Excellent service
du Main-Lining avec le Cannabis

Comment faire du Main-Lining avec le Cannabis

Dans toute expérience de cultivateur de Cannabis, il arrive un moment où la confiance est suffisante pour se lancer dans l’inconnu. De nombreuses techniques de culture peuvent faire la différence dans les résultats de récolte. Regardons de plus près l’une d’entre elles et répondons à la question : qu’est-ce que le mainlining du Cannabis ?

Le mainlining (expression signifiant ‘ligne principale’) désigne une méthode très efficace de culture du Cannabis. Elle combine plusieurs techniques, notamment l’étêtage (topping) et la taille (pruning). Le but étant de supprimer les branches latérales et les bourgeons chétifs pour concentrer les énergies de la plante sur un nombre sélectionné de pousses de bourgeons principaux. Le résultat peut être très impressionnant, chaque pousse donnant des colas homogènes, c’est-à-dire des têtes longues, larges et uniformes : les mainlines.

Le mainlining combine des éléments du LST (low stress training), du topping et une défoliation raisonnée. Il est important de noter que c’est une technique de culture intérieur/extérieur avancée. Puisque différents aspects des méthodes de taille sont utilisées, il est nécessaire d’avoir une certaine connaissance de la manipulation des plantes de cannabis et le feeling sur leur développement. Le mainlining peut être une expérience très stressante pour la plante et par conséquent, décevoir les débutants. Mais bien réalisés, les mainlining indoor et outdoor peuvent considérablement augmenter les rendements de récolte. La suite de l’article présente donc le processus du mainlining avec les plants de Cannabis.

Commencer le Mainlining du Cannabis : Deux tiges principales

Le schéma de croissance naturel d’une plante de Cannabis est de pousser droit vers la lumière. La nature fait en sorte que la plante concentre ses efforts sur tout ce qui se trouve à son sommet. Qu’est-ce que le mainlining et en quoi diffère-t-il de la pousse naturelle ? Cette technique favorise le développement latéral, qui se forme à partir d’un « manifold », pôle central reliant plusieurs branches principales (la forme de Y ou le chandelier).

Le plant doit être fort et sain pour résister au stress de la taille. En règle générale, il doit avoir développé 6 à 8 nœuds (points d’attache sur la tige principale d’où s’étendent les pousses latérales) avant d’effectuer toute opération, soit une hauteur d’environ 30 cm en principe. Pour créer le manifold, la tige principale doit être coupée au-dessus du troisième nœud et tout ce qui se trouve en dessous doit être enlevé – cette phase du processus est la défoliation. On se retrouve avec une structure en Y plutôt filiforme.

Les pousses transversales, ou les petites branches latérales, doivent maintenant être travaillées pour se développer horizontalement, perpendiculaires au sol. Pour ce faire, utilisez (avec précaution et douceur !) la technique du LST qui consiste à décourager la croissance verticale en les attachant au sol (ou sur le bord du pot) avec du fil horticole souple et des crochets. La plante aura l’air un peu triste pendant quelques jours, mais la nature étant merveilleuse, elle recommencera à pousser vigoureusement dans la direction imposée !

Développer le manifold du plant de Cannabis : passer de deux à quatre tiges principales

Il existe une belle symétrie avec le mainlining et l’idée est de développer 6 à 8 mainlines à partir du pôle initial. En créant les lignes/tiges principales par paires, cela maintient l’uniformité de la structure. Donc, nous avons 1 pôle central supportant 2 mainlines symétriques et opposées. Pour l’étape suivante, nous allons les transformer en 4 lignes principales. Attention, il est important d’espacer les étapes car la plante a besoin de temps pour récupérer. Laissez au moins 5/7 jours, ou 3/5 nœuds se développer entre chaque interventions.

Les deux premières pousses opposées vont rapidement se développer horizontalement et commencer à former de nouveaux départs. Comme déjà évoqué, la plante veut toujours pousser vers la lumière, en conséquence, ces 2 premières tiges auront leurs sommets courbés vers le haut. Signe qu’une nouvelle taille est possible, en comptant le même nombre de nœuds sur chaque tige pour maintenir l’uniformité. Une fois la coupe faite, une autre défoliation se fait sous le premier nœud. La vidéo de Paradise Seeds Skunkworks pour créer 4 mainlines est une excellente référence visuelle à ce sujet.

Phase finale : augmenter les mainlines de Cannabis de 4 à 8 tiges principales

À présent nous avons 1 pôle et 4 mainlines. Comme précédemment, les tiges taillées n°3 et 4 vont se développer. Encore une fois, il est crucial de leur laisser le temps de se rétablir et de reprendre leur croissance avant de procéder à la dernière coupe qui transformera les 4 lignes principales en 8. Ce pruning final, ou topping, se fait à un nœud de plus que la dernière coupe et il est essentiel de maintenir une équidistance (c-à-d le même nombre de nœuds). L’épisode de la série Skunkworks : Topping Final pour 8 Mainlines montre le procédé.

Avantages du mainlining en Extérieur

Quel est l’avantage du mainlining avec le Cannabis en tant que technique de culture en extérieur ? Tout d’abord, c’est un excellent moyen de cultiver des plantes discrètes. Contrairement à la présence d’un plant touffu, cette plante grimpant horizontalement se fond facilement dans le décor, devenant idéale pour une culture furtive ou une guérilla grow. C’est également une méthode qui convient bien pour les climats plus humides/froids : moins de feuillage et une circulation d’air accrue assurent une bonne défense contre la moisissure. Un conseil pour les espaces extérieurs des régions nordiques est de laisser la plante pousser plus haut (50 cm environ) avant de créer le pôle central (1er topping), ainsi elle profite au maximum du Soleil bas dans le ciel d’Automne.

Avantages du mainlining en Intérieur

Y a-t-il un avantage au mainlining en intérieur ? L’utilité majeure est la concentration de la pousse dans moins de sites de bourgeons. L’énergie de la plante est mieux exploitée, fournissant le potentiel pour des rendements plus élevés. Le modèle de croissance horizontale prend inévitablement plus de place dans l’espace de culture et la phase de végétation est rallongée (au moins 2 à 3 semaines), mais avec une bonne planification, cela signifie aussi moins de plantes à cultiver. Pour l’indoor, un filet SCROG est souvent conseillé en soutient, il aide la gestion pendant le développement de la canopée et peut supporter les colas trop lourds par la suite.

Laisser un commentaire