Your Cart
 Google-reviews
Shipping Fast & Discreet shipping | Quality Finest Quality | Service Excellent service
Erreurs Courantes : Séchage et Curing du Cannabis

Erreurs Courantes : Séchage et Curing du Cannabis

  • Un pauvre environnement de séchage pour le Cannabis
  • Des niveaux de température et d’humidité incorrects
  • Une circulation d’air insuffisante
  • Des buds mis en pots trop tôt
  • Un curing trop rapide

Si cette saison tout s’est bien passé avec les plantes en extérieur, alors ce mois sera celui du festival de la récolte ! Mener à bout une culture rend heureux – surtout si on a dû franchir quelques obstacles en cours de route – mais la suite est cruciale aussi. Alors, si la récolte cultivée est exceptionnelle, il vaudrait mieux ne pas commettre ces erreurs courantes lors du séchage et curing du Cannabis !

Donc, si vous venez de récolter vos plantes de Cannabis outdoor, cela veut dire que les outils de coupe sont propres, affutés, prêts pour le trimming et que les pots hermétiques sont nettoyés, secs et prêts pour le curing. Reste plus qu’à éviter les erreurs basiques du drying&curing !

Des conditions de séchage du Cannabis inadaptées

C’est l’erreur banale du débutant, elle arrive lorsque la phase d’après récolte n’est pas préparée. En tant que nouveau cultivateur, souvent l’attention est uniquement portée sur le soin des plantes pendant la culture, et à juste titre! Mais les jardiniers d’extérieur doivent nécessairement disposer d’un espace dédié au séchage des plantes (en indoor, la grow-box peut s’adapter). Cela doit être un espace sombre, avec de la place pour entreposer les buds (+/- 7-10 jours) soit sur un filet de séchage, ou un rack avec papier sulfurisée ou suspendus en rangées bien espacées avec une corde de coton. Il faut tenir compte également du très fort parfum dégagé par les plantes durant les 5-7 premiers jours, au moins.

Des températures et des niveaux d’humidité incorrects

Si les plantes de Cannabis sont entreposées dans un environnement froid et humide, alors, inévitablement, les buds ne sècheront pas de façon efficace. La température de séchage idéale est de 15-20°C avec une humidité de 30-50%. La stabilité des niveaux est importante, les grands écarts même dans la fourchette sont dommageables. En cas de problèmes récurrents, l’apport de chaleur s’impose pour palier aux nuits trop fraiches à mesure que l’Automne avance. Un chauffage de serre, un tapis de chauffage… avec un programmateur pour économiser sur l’énergie, d’autant que les petits espaces clos garde la chaleur.

Une circulation d’air insuffisante

Maintenir ou améliorer la température ne va pas être très efficace si l’air est stagnant. Par leur situation, souvent, les espaces sombres n’ont pas un bonne aération. Il est donc préférable d’installer un petit ventilo, sans le diriger vers les buds qui les sècheraient de manière inégale (et un timer pour diminuer les coûts).

À l’inverse, si l’environnement de séchage-curing est chaud et sec, avec un taux d’humidité bas, alors la difficulté est d’éviter un séchage des buds trop rapide. Dans ce cas, pas de ventilateur, la porte de l’espace reste close et après 2-3 jours, les fleurs sont mises dans des sacs en papier. Investir dans un petit humidificateur peut être une bonne option également.

Mettre les buds en pots trop tôt

Lors du séchage des plantes et du curing des fleurs, tout le monde connaît le truc de casser la tige et si elle casse, la fleur est sèche. Mais parfois cela donne une fausse image. Certains buds sont gros, d’autres petits, denses, fins…et à moins de casser chaque tige, il y aura des buds humides mélangés dans le pot. Un excès de moisissure dans le contenant peut affecter les autres fleurs tout autant que la température de l’espace. Si les buds dans le pot ne semblent pas vraiment secs après un ou deux jours, sortez-les et remettez-les à sécher dans des sacs en papier dans un endroit tiède, cela aidera à éliminer l’excès de moisissure. Pensez à ouvrir les pots régulièrement (faire le ‘burp’) ou utilisez des sachets régulateur d’humidité dans vos pots.

Ne pas prendre le temps du Curing

Pour beaucoup de cultivateurs, le temps est souvent un luxe. Généralement, la récolte arrive à point nommé, et cela n’inclue pas forcement le mois de travail en extra pour un curing approprié. Bien qu’il soit rapidement possible de tester des échantillons, la patience est souvent récompensée par la qualité de saveur et le potentiel du Cannabis cultivé lorsque le processus de curing est correctement suivi.

Bonne chance et joyeux festival de la récolte!

Laisser un commentaire

Last cannabis post