Your Cart
 Google-reviews
Shipping Fast & Discreet shipping | Quality Finest Quality | Service Excellent service
Hiv-Sida et Activisme Pro-Cannabis Thérapeutique: Comment une Pandémie Influence la Légalisation du Cannabis aux USA. | 🥇 Paradise Seeds

Hiv-Sida et Activisme Pro-Cannabis Thérapeutique: Comment une Pandémie Influence la Légalisation du Cannabis aux USA.

En ces temps d’interrogations concernant l’impact de la pandémie Covid sur nos vies futures en tant que société, la Journée Mondiale Hiv-Sida agit comme un marqueur temporel rappelant que souvent de bonnes choses émanent de l’adversité. Pour la leçon d’histoire, regardons le lien entre cette maladie destructrice et l’activisme pro-cannabis, que beaucoup d’observateurs considèrent comme le premier pas majeur sur le chemin de la légalisation aux États-Unis. 

Fin du XX°s, l’arrivée brutale du Hiv a causé des ondes de chocs dans le monde entier et a intensifié ou modifié les interactions entre certaines branches de la collectivité ainsi que les modèles de comportement sociaux. Cela sonne familier? Le Sida est responsable du décès de plus de 35 millions de personnes, c’est une pandémie des plus meurtrières à ce jour. Presque 40 ans après l’entrée de cette maladie dans la conscience publique, les avancées médicales permettent aux patients séropositifs d’atteindre une espérance de vie de 70 ans, si le diagnostic est précoce et le traitement approprié. 

Ce n’était pas le cas dans les années 80 lorsque le virus est arrivé avec ses effets dévastateurs et frappa particulièrement fort la communauté gay. À cette époque, San Francisco, avec son ambiance décontractée et sa tendance libérale impulsées par l’accueil d’un important et actif mouvement gay, offrait un sanctuaire protégé de la discrimination et de l’intolérance qui caractérisaient les attitudes fermées un peu partout aux USA et ailleurs.

San Francisco était aussi une ville où les racines de la contre-culture étaient profondément entremêlées avec celles du cannabis depuis l’émergence du mouvement hippie à Haight-Ashbury dans les années 60. Une décade auparavant, la ville accueillait déjà la Beat Generation et elle fut le centre du Summer of Love de 1967. Elle était devenue un pôle d’attraction pour les jeunes hippies américains attirés par des plaisirs alternatifs, tels que la weed et le LSD, vendus au Psychedelic Shop, le tout premier Headshop des États-Unis.

Les militantismes gay et pro-cannabis de San Francisco partageaient des points communs depuis longtemps lorsque l’épidémie de Sida des années 80 est apparue et les amena à se rapprocher davantage encore. C’est dans ce contexte que Dennis Peron, éminent activiste-cannabis, a rapidement pris conscience de la valeur et du rôle que jouait la plante dans le traitement des symptômes du sida. À l’époque, il s’est lancé dans une mission underground risquée visant à rendre le cannabis accessible à tous. Ce qu’il accomplit en le vendant dans des pop-up stores plus ou moins visibles de San Francisco, tel le Big Top Marijuana Supermaket.

Comme le rappelle John Entwistle Jr, éminent stratège et ami de Peron, « Il n’y avait pas de véritable traitement à l’époque. La principale caractéristique de la maladie du sida était l’émaciation. Pour une raison quelconque, le corps perdait son appétit. On devenait un simple squelette humain. Le Cannabis aidait à stimuler l’appétit et aussi, bien sûr, à lutter contre la dépression”. Extrait du documentaire The Secret Story : How Medical Cannabis Was Re-Legalized in the US.

En s’engageant dans cette nouvelle cause, Peron a intensifié son plaidoyer pour les droits des malades à pouvoir utiliser le cannabis comme traitement thérapeutique. Associé à l’arrestation d’une autre légende de l’histoire de la légalisation du cannabis, Brownie Mary, le sujet a enfin atteint la presse grand public. Les deux militants ont ensuite mené une campagne visant à rendre le cannabis médicalement accepté et reconnu utile pour les malades séropositifs. En obligeant la ville de San Francisco à adopter politiquement la recommandation faite à l’État de Californie selon laquelle le cannabis doit être disponible à des fins médicales et sans pénalités pour les médecins qui le prescrivent, la proposition P devient ainsi la première étape de la bataille pour la légalisation. 

Ce mouvement de protestation a eu pour conséquence l’apparition des mots « médicinal » et « cannabis » dans les conversations courantes et a aussi permis une importante prise de conscience populaire. Dennis Peron, Brownie Mary et tout un réseau d’activistes pro-cannabis très motivés ont continué à argumenter contre la logique de la loi perçue défectueuse. En 1992, le San Francisco Cannabis Buyers Club est devenu le premier dispensaire de cannabis médical des États-Unis, mais la victoire ultime est arrivée quatre ans plus tard.

En 1996, la Proposition 215, connue sous le nom de Compassionate Use Act of 1996, a été adoptée par la loi californienne avec le soutien de 55,6 % des électeurs. Cette loi permet aux patients de posséder et de cultiver du Cannabis pour leur usage personnel, sur recommandation d’un médecin. Même si le parcours a connu de nombreux rebondissements, 25 ans plus tard, la Proposition 215 est largement considérée comme une étape clé dans l’histoire de la légalisation du cannabis en Californie

Le cannabis, sous différentes formes, continue d’accompagner les patients atteints par le Hiv-Sida. En soutien, Paradise Seeds propose un “programme médical” qui offre aux usagers thérapeutiques une réduction de 50 % sur tous les achats de graines.

Laisser un commentaire

Last cannabis post